Economie du partage : les limites d’une utopie, Analyses

Economie du partage : les limites d’une utopie, Analyses.

Aux Etats-Unis, la plate-forme d’enchères TaskRabbit propose aux travailleurs indépendants de petits boulots dans les services à la personne. – DR

Une nouvelle approche de l’économie, fondée sur la collaboration entre individus davantage que sur les échanges marchands. Un monde où les objets et les services se partagent au lieu de s’accumuler, pour le bien de la communauté. Des humains libérés des contraintes du salariat, qui retrouvent enfin un sens à leur travail loin des carcans rigides de l’entreprise. Porteuse de bien des promesses, l’économie du partage, ou économie collaborative, s’annonce comme une révolution majeure. Aux Etats-Unis, l’essayiste Jeremy Rifkin proclame dans son dernier livre, « The Zero Marginal Cost Society » , qu’elle va bientôt éclipser deux siècles de capitalisme. En France, mardi dernier, Canal+ lui a consacré un documentaire élogieux diffusé en prime time, « Global Partage » . Quelques jours plus tôt, le think tank OuiShare, spécialisé dans l’économie collaborative, réunissait les principaux acteurs et penseurs de ce mouvement à la Villette .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s